Retour à l’émission de Radio Courtoisie: florilège de citations de Bruno Gollnisch

Sur la modernité

« Contrairement à l’opinion qu’on s’est donné de moi, je ne suis pas un passéiste, même si j’aime le passé et l’héritage du passé, mais je crois très profondément qu’il n’ait de modernité viable qu’à condition qu’elle soit enracinée dans la tradition. »

Sur l’équipe de France de football

« En ce qui concerne l’équipe de foot de France, je pense qu’elle a été constituée sur des bases en partie idéologiques: c’est la promotion de la diversité prétendue telle, et on en voit les résultats. Ceci étant, on a parlé beaucoup trop de cette affaire. Le football est un jeu. Il est assez dérisoire de voir jusqu’au chef de l’Etat s’impliquer là dedans. C’est « panem et circenses », du pain et des jeux, comme dans une civilisation en pleine décadence, dont la décadence rappelle d’ailleurs celle de l’ancienne Rome.»

Sur l’articulation de la morale et de la politique

« Je pense que c’est la crise morale qui détermine la crise politique et la crise économique. »

« Je pense que l’économie doit être subordonnée à la politique, et la politique à la morale»

« La loi civile doit se conformer à la loi morale. »

« Il y a une phobie de nos adversaires politiques qui, toutes les fois que l’on veut revenir aux valeurs de droit naturel, disent : « ce serait abominable, ce serait l’ordre moral », à quoi ils préfèrent de manière manifeste le désordre moral. »

Sur l’identité française et les « valeurs » de la république

« Il y a une identité française qui est charnelle, qui est matérielle, qui est spirituelle, et qui ne se réduit pas à la devise républicaine : « Liberté, Egalité, Fraternité », laquelle, dans ce qu’elle a d’acceptable, pourrait être la devise de quantité de nations de par le monde ».

« La laïcité, ce n’est pas une valeur. (…) Cette laïcité, qui est une sorte de neutralité de la puissance publique, de tolérance en présence d’un mal plus grand, ne fournit pas des raisons de vivre. Elle n’est pas un idéal : elle est une recette de gouvernement pour gérer le problème des disparités, religieuses ou philosophiques, qui peuvent exister dans une société à un moment donné.»

Sur les retraites

« Je n’aurais pas organisé la suppression de 200000 enfants à naître chaque année depuis trente ans pour m’apercevoir ensuite que le renouvellement des génération n’est pas assuré »

Sur les questions sociétales

« Je suis totalement hostile au mariage homosexuel, et plus encore à l’adoption d’enfants par les homosexuels dont on nous rebat les oreilles en ce moment. Les homosexuels choisissent un mode de vie (…) qui ne comporte pas la procréation. Ils ne sauraient par conséquent en toute justice se prévaloir de je ne sais quel droit à l’enfant. L’adoption existe dans l’intérêt de l’adopté, et non pas exclusivement dans l’intérêt de l’adoptant. »

« Je suis personnellement favorable à la liberté scolaire, c’est-à-dire au coupon scolaire ou chèque éducation, qui rétablit la liberté de choix des familles, qui introduit une saine et légitime émulation entre les établissements. »

Sur le communautarisme religieux

« Nous ne sommes pas là pour faire le boulot que les évêques et les curés ne font pas, à savoir la conversion des musulmans qui sont en France. (…) Je combats l’islamisme, je combats la prolifération de mosquées, surtout quand elles sont financées par des Etats musulmans qui ne respectent pas la liberté du culte chrétien, mais je dis que si on veut le faire de façon efficace, il faut premièrement inverser le courant de l’immigration, et deuxièmement il faut qu’il y ait dans le reste de la population française un renouveau spirituel qui tarde vraiment à se manifester. »

« Je suis en faveur de la suppression pure et simple de la Halde. »

Sur la formation des cadres frontistes

« Je pense qu’il faut créer une véritable école de cadres, avec de la formation doctrinale et de la formation pratique. »

Sur ses atouts personnels

« Je suis un homme de conviction

« Je suis assez rassembleur, assez impartial. Je crois avoir montré que j’étais inébranlable dans mon refus du politiquement correct, que j’étais capable d’agréger autour de moi des gens assez divers, venant d’horizon divers. »

« Je pense que notre « nationalisme » est compatible avec celui des autres, et que nous devons en apporter la preuve sur le plan intellectuel. Et je crois être en mesure de le faire compte tenu des nombreuses relations que j’ai avec d’autres mouvements patriotiques, en Europe et même hors d’Europe. »

« J’ai une expérience importante des assemblées dans lesquelles je crois j’ai combattu avec pugnacité et compétence. (…) J’ai une connaissance des questions de défense : je suis diplômé d’étude supérieure de défense et officier supérieur de réserve dans la marine. J’ai une connaissance des questions de l’éducation et de la recherche. Ma foi c’est pas mal pour exercer la fonction. »

Jean

Une réflexion sur « Retour à l’émission de Radio Courtoisie: florilège de citations de Bruno Gollnisch »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *