Emission mouvementée sur RMC

Bruno Gollnisch était ce matin l’invité de Jean-Jacques Bourdin sur RMC: à écouter jusqu’au bout.

A propos de l’actualité des roms, Bruno Gollnisch s’en prend à l’attitude de certains clercs:

« Je suis un peu irrité par ce genre de discours de certains clercs. Je voudrais qu’ils me disent de façon parfaitement limpide: est-ce que la France a le devoir d’ouvrir ses frontières à tous ceux qui veulent s’y installer? Oui ou non? Est-ce que c’est une obligation morale pour un dirigeant que de laisser les frontières ouvertes au détriment de ses propres ressortissants, et notamment des plus pauvres et des plus marginaux? »

« Le pape n’engage pas son infaillibilité sur ces sujets. (…) Je pense que les roms pourraient peut être s’installer place Saint Pierre de Rome. Et puis on en reparlera… »

Jean

5 réflexions sur « Emission mouvementée sur RMC »

  1. Il aurait plutôt dû preciser que le pape n’a jamais pris position pour les ROMs, relisez son message apres l’Angelus, il n’a absolumment pas pris position sur la politique de Sarko sur les ROMs…

  2. @Tibo Duba… : Bien sûr, cela peut être une interprétation.
    Mais n’oublions pas que le Pape a maintes fois pris la défense des immigrés.

    « Benoît XVI défend les immigrés et les chrétiens persécutés »
    http://www.eglise.catholique.fr/actualites-et-evenements/actualites/benoit-xvi-defend-les-immigres-et-les-chretiens-persecutes-5887.html :
    « Les institutions politiques et religieuses ne doivent pas renoncer, je le rappelle, à leurs responsabilités. Il ne peut y avoir de violence au nom de Dieu, et on ne peut pas davantage prétendre l’honorer en offensant la dignité et la liberté de ses semblables ». »

    Et je crois que Bruno Gollnisch a été très clair sur ce point, lors de son interview, en informant ce qu’il ferait s’ il était lui-même un ROM, en ne se prenant, en outre, pas à eux-mêmes.
    En tant qu’homme de cœur, Monsieur Bruno Gollnisch sait très bien qu’il y a, ou qu’il peut y avoir, une grande souffrance derrière l’immigration…

    Maintenant, voyons les choses autrement: si chacun pouvait vivre convenablement chez lui, y en aurait-il encore l’immigration ? Car là se pose toute la réelle question, non ? Enfin c’est mon avis. Et c’est en cela que la vision des choses, chez Bruno, est plus qu’ honnête et plus qu’ optimiste.

    Il faudrait plutôt aller voir les raisons pour lesquelles, chez les euro-mondialistes, on importe, en France et en Europe, des produits fabriqués à des coûts bas, voire encore à moindre coûts. Cela ne permettant pas de sortir les PVD de leurs misères alors même que cela met les Français et les Européens dans des conditions de plus en plus précaires, par un nivellement par le bas. Alors qu’entre deux: les importations et les ventes, il y a tout de même les parachutes dorés pour ceux à qui cela profite du fait de l’ultra-libéralisme. 😉

    Au fait, sa sainteté le Pape Benoit XVI, s’en prend-‘il aussi à l’euro-mondialisme ? car, je ne m’en souviens plus très bien.

  3. @Jacques,
    Bruno Gollnisch a corrige ces propos sur cette question, car effectivement il s’était fié aux dépêches…

    Concernant l’euro-mondialiste, sa sainteté le Pape Benoit XVI a ecrit une encyclique Caritas et Veritates qui traite de cette problematique (que je vous conseille de lire…) pour un vrai developpement…

  4. Je ne crois pas qu’ il faille faire un procès d’ intention en la matière envers Bruno Gollnish.

    Il a réalisé, un peu tard certes, que Benoît XVI ne remettait en rien les lois françaises sur la maîtrise des flux migratoires que notre état tente de juguler… encore que là, il y ait beaucoup à dire, mais faisait uniquement son travail, si on peut s’ exprimer ainsi, de chef de notre église et Vicaire du Christ. Rien d’ autre.

    Il était inutile vraiment de proposer à Benoît XVI de parquer tous les romanichels de France et de Navarre sur la place Saint-Pierre et au Vatican….

    Mais bon. Il s’ est laissé un peu emporté !…. Pas de quoi fouetter un chat.

  5. Il est sur que dans chaque soutien, des gens, qui n’ont pas compris ce qu’est le Front National, ou qui sont à la solde de ceux qui cherchent à le diviser, vont essayer de ternir cet immense chance que nous avons d’enrichir notre débat interne.
    Une auto discipline doit donc s’instaurer pour faire taire et (ou) ne pas relayer les propos dissonants qui n’ont pas leur place ici et qui sont d’ailleurs alimentés par la trahison, quelque soit, je le répète, le candidat soutenu.
    Chacun doit se dire que nous avons une première leçon à prouver aux Français qui sont en train de nous rejoindre : c’est que contrairement aux partis de l’establishment, notre débat interne ne repose pas sur les querelles éphémères de personnes, mais sont concentrées autour du salut public de la France en tant que Patrie.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *