Bruno Gollnisch à Bayeux

Bruno Gollnisch était à Bayeux samedi dernier, 29 mai, pour rencontrer le FNJ de Normandie. En voici le compte rendu rédigé par Laurent Lenormand, secrétaire régional:

Bruno Gollnisch avec le F.N.J de Normandie, à Bayeux

Bruno Gollnisch était en Basse-Normandie le samedi 29 mai. Profitant d’une visite familiale dans la région, le vice-président exécutif du Front National est venu rencontrer les jeunes F.N.J des deux Normandies.

Ce sont cinquante jeunes Normands, rassemblés par Laurent Lenormand, secrétaire régional du F.N.J de Normandie, avec l’aide de Mickael, militant infatigable du calvados, qui ont accompagné Bruno Gollnisch pour une découverte de la ville historique de Bayeux. Après avoir visité la cathédrale de Bayeux, guidés par Mickael, les jeunes frontistes ont traversé la ville médiévale pour se rendre dans un restaurant populaire, où Bruno Gollnisch a tenu une conférence de presse.

Après un bon repas, Laurent Lenormand a pris la parole pour évoquer un F.N.J de Basse-Normandie sur la bonne voix et motivé par les prochaines échéances éléctorales. Bruno Gollnisch a tenu ensuite un discours enflammant. Les thèmes de l’immigration, de la décadence, ou encore de l’esprit de résistance face au mondialisme, on été abordés. Une séance de questions puis de dédicace a suivi, chaque jeune ayant pu ainsi échanger avec notre vice-président.

Le F.N.J de Normandie est en marche !

Laurent Lenormand
Secrétaire régional F.N.J de Normandie

La chasse aux sorcières s’accélère au FNJ…

Une des qualités indéniables de Bruno Gollnisch, c’est qu’il est assurément le candidat du rassemblement. Il est le seul actuellement à pouvoir fédérer l’ensemble de la droite nationale, et donc à pouvoir dynamiser notre courant de pensée sur la base d’une ligne doctrinale claire et sûre, aussi bien en France, qu’en Europe ou à l’international. Mais lorsque Bruno veut rassembler et fédérer toutes les forces vives de notre mouvement de pensée au nom de l’intérêt supérieur de la patrie et de la civilisation, certains au contraire sèment la division dans nos rangs, font le vide autour d’eux, évincent même les plus fidèles… Depuis que la campagne pour la succession du président est lancée, la chasse aux sorcières a pris un nouvel élan à l’intérieur de l’appareil frontiste, à l’initiative de ceux qui tiennent aujourd’hui les leviers de commande. En l’espace de moins d’une semaine, nous avons eu connaissance d’au moins cinq secrétaires départementaux FNJ gollnischiens évincés : Laurent Lenormand, SD de Seine Maritime, Rémy Hippie, SD FNJ Meurthe-et Moselle, Damien Brunon, SD FNJ de Haute Loire, Jérémie Thebault, SD FNJ du Val d’Oise.

L’actuel coordinateur national du FNJ, David Rachline, est un partisan mariniste déclaré. Et ses attaches partisanes au sein du Front ne sont évidemment pas étrangères à sa nomination. Que David fasse la campagne de Marine n’est en effet un secret pour personne. Mais qu’il confisque le FNJ à des fins partisanes, qu’il le détourne de sa vocation réelle afin de promouvoir en interne la candidature de Marine le Pen, voilà qui est proprement insupportable. Il eut été souhaitable, s’il voulait faire la campagne de Marine, qu’il reprenne sa liberté en rendant ses responsabilités, comme Louis Aliot a eu l’honnêteté de faire. Il reste que dans l’exercice de ses responsabilités, il se devait de rester impartial et de n’agir qu’en vue de la formation et de l’efficacité de l’action FNJ sur le terrain. Non pas de prendre les jeunes en otage et d’introduire le FNJ dans des querelles de succession. En attendant, il a déclaré à plusieurs reprises avoir été nommé pour évincer les partisans de Bruno Gollnisch. La dernière déclaration en date était à l’adresse de la secrétaire régionale FNJ de la région Ouest, Laura Lussaud, lors du dernier Conseil National. Déclaration si peu discrète qu’elle est tombée dans les oreilles d’autres responsables FNJ. D’ailleurs évincés depuis lors…

Autant de mouvements inopportuns dans la nomination des cadres FNJ locaux, alors même que nous ne sommes pas à la veille d’une échéance électorale, ne peut, à l’aube de la succession du président, et alors que chacun des candidats à la succession mobilise ses troupes, que susciter de graves interrogations. En particulier lorsque celui qui procède à ces mouvements est engagé lui-même dans la campagne et fait connaître publiquement, en particulier sur face book, son attachement à l’un des candidats.

Parmi les accusations portées contre les responsables évincés, il faut souligner la présence de deux d’entre eux au congrès nationaliste du Renouveau Français. Voici un extrait de la lettre envoyée par la direction du FNJ à l’adresse de l’un d’eux : « Le congrès nationaliste rassemble tous les éléments hostiles au Front National ; il est inacceptable qu’un responsable du mouvement de Jeunesse de Jean-Marie Le Pen y participe, quels qu’en soient les raisons ou les objectifs. S’y rendre constitue ainsi une faute politique majeure. » Faut-il en rire ou en pleurer ? Plutôt que d’asséner des contre vérités, il eut été préférable que l’auteur de cette lettre indique en quoi ce « congrès rassemble tous les éléments hostiles au Front National ». Cela est d’ailleurs si peu vrai que Bruno Gollnisch lui-même, vice président exécutif du Front National, également responsable et garant du programme frontiste, y était invité par les organisateurs. Et à défaut d’y avoir été physiquement présent, il y a fait lire un communiqué de soutien. Sachant cela, comment l’auteur de cette lettre peut-il encore écrire ces lignes ? Considère-t-il que le numéro 2 du Front National n’est pas une caution suffisante ? Comment se fait-il que l‘auteur de ces lignes n’ait pas encore fait l’objet d’une convocation devant la commission de discipline ? Nul doute que si Marine avait été elle-même traitée de la sorte, les choses eussent été différentes… Mais comment ne pas voir dès lors dans cette éviction une véritable attaque idéologique portée contre les partisans de Bruno Gollnisch ?

Rappelons que cette association n’est pas un parti politique et qu’elle ne suscite par conséquent aucune concurrence au Front puisqu’elle n’a pas vocation à présenter de candidats aux échéances électorales. Son projet s’articule essentiellement autour de la formation doctrinale. Qualifié de nationaliste, il ne rentre pas non plus en contradiction avec le programme frontiste. Si peu d’ailleurs que des cadres FN sont invités chaque année lors du congrès à s’exprimer à la tribune et faire ainsi valoir le combat mené par Jean-Marie le Pen. Il n’est donc pas surprenant que la population que l’on retrouve habituellement à ce rendez-vous nationaliste gravite politiquement autour du Front, et que l’on y reconnaisse chaque année des militants et responsables du FN ou du FNJ. Sans que cela n’ait jamais suscité de réactions ni aucune évictions. Aucune directive n’a d’ailleurs jamais été adressée par le Front à ses responsables, ni pour les encourager, ni pour les dissuader de se rendre à ce congrès. Et les deux SD FNJ en cause n’étaient présents qu’en leur nom. Voilà donc que sans autres formes de procès, sans avertissement préalable, sans même que l’on se soit auparavant entretenu avec eux, ils sont évincés pour s’être rendu à un congrès nationaliste soutenu par le vice-président du Front en personne. Une seule conclusion s’impose : ou bien la direction FNJ se croit statutairement au dessus de la vice-présidence exécutive du Front National, ou bien elle ne reconnaît pas l’autorité de Bruno Gollnisch en qualité de vice-président : dans les deux cas, la direction du FNJ s’expose à de graves sanctions disciplinaires. Cette affaire aura cependant permis aux militants de tirer certains enseignements : Bruno Gollnisch est définitivement le seul candidat du rassemblement, le seul qui puisse fédérer la nébuleuse nationale constituées par les différentes chapelles ou associations qui évoluent idéologiquement autour du Front National !

A la vérité, cette supposée hostilité nourrie contre le FN n’est sûrement pas une hostilité idéologique ou doctrinale. Et d’ailleurs il serait mal venu à la direction actuelle du FNJ d’invoquer le projet politique du Front National. Car de celui-ci, elle se moque éperdument. Pour preuve, l’installation dans les Yvelines de celle qui avait été nommée SD FNJ, avant que David Rachline ne se ravise suite à des plaintes, en la nommant finalement SD adjointe FNJ. Il s’agit de Vénussia, une jeune transfuge du NPA, qui déclare très volontiers avoir quitté son ancien port d’attache après s’être aperçu que les responsables du NPA n’étaient pas accessibles et qu’elle ne pourrait pas faire valoir ses compétences dans un tel parti. Bref, ce sont fondamentalement des motifs humains qui l’ont conduite du NPA au Front, dont elle jugeait le cadre plus favorable à son émergence politique. Et non un revirement idéologique soudain et brutal. Et voilà que David Rachline, sans l’avoir vu, ni s’être jamais entretenu avec elle, connaissant pourtant son appartenance au NPA, qui jusqu’à preuve du contraire n’évolue pas tout à fait sur la même ligne doctrinale que le Front national, ainsi que sa très récente et précipitée arrivée au Front, s’empresse de lui confier des responsabilités sans interroger auparavant ses motivations réelles. Une nomination contestée qui a de quoi susciter quelques inquiétudes, d’autant que Vénussia a confié à certains militants d’Ile-de-France qu’elle était favorable au mariage gay, à l’avortement et, dans un autre registre, à la libéralisation du canabis. Que cela soit objectivement contraire au programme frontiste ne semble guère ennuyer ceux qui l’ont nommée. Car encore une fois, ces gens là se moquent éperdument du projet politique porté par notre mouvement. Philippe Chevrier, Secrétaire Départemental des Yvelines, lui a d’ailleurs trouvé un rôle tout à sa mesure : la communication. Mais communiquer quoi ? Quand on se moque du projet. Car la communication est subordonnée au contenu du message qu’elle a vocation à rendre accessible. A vouloir oublier cette évidence, on finit par faire de la communication pour la communication, et le message se perd lui-même dans le processus de communication. On ne communique plus rien, mais c’est égal, on communique…

Addendum : Damien Brunon n’était pas en réalité au congrès nationaliste du RF. Big Brother FNJ n’avait donc pas les yeux en face des trous ce jour là : les taupes et les infiltrés ont en effet fourni une liste de dénonciation un peu à la légère. Il faudra sans doute que la direction du FNJ dispense des cours de formation à la délation s’ils veulent rester crédibles… En attendant, Damien a reçu un mot d’excuse de la direction du FNJ qui le maintient finalement dans ses responsabilités.

Addendum 2: David Rachline nous oppose un démenti qui apparaît sur le site du FNJ. Il y récuse entre autre le nombre de SD FNJ évincés. Mais il évite prudemment de faire le détail de cette affaire. Il est vrai qu’il n’y aura pas eu finalement cinq SD renvoyés, ainsi que nous le faisons d’ailleurs savoir dans l’addendum précédent: et pour cause, Damien Brunon, que la direction du FNJ voulait écarter à cause de sa supposée participation au congrès nationaliste, ne s’y était en réalité jamais rendu. Le FNJ s’est donc excusé dans une lettre adressée à Damien. Quant à Rémy Hippie, il a manifestement été réintégré après avoir cependant été inquiété. Nous avons eu chacun de ces jeunes au téléphone et nos informations sont vérifiées. Nous maintenons par ailleurs les déclarations de David informant vouloir éloigner les gollnischiens des postes à responsabilités. Pour le reste, David évite soigneusement de rentrer sur les questions de fond. Il se contente de tourner cet article en dérision en affirmant que « son auteur [s’imagine] seul détenteur et défenseur de la supposée doxa du Front National ». En réalité, cet aveu est très révélateur et conforte nos lignes: car cette supposée doxa du Front, c’est précisément le programme du Front National dans le texte. Programme dont le coordinateur du FNJ n’est pas propriétaire. Il y a décidément du souci à se faire lorsque l’on constate le désintérêt de certains responsables FNJ pour le projet porté par le Front National…

Jean