« Moi je n’ai pas du tout besoin, pour faire valoir ma candidature, d’attaquer celle de Marine »

Bruno Gollnisch était invité hier à 8h30 sur Radio Classique :

« Je comparerais le Président de la République au Sapeur Camembert. (…) Il y a un trou dans la cours de la caserne et l’adjudant demande au Sapeur Camember de combler ce trou. Alors le Sapeur Camembert s’y emploie avec beaucoup de courage mais on s’aperçoit que pour boucher le trou il en a creusé un autre à coté. C’est un peu ce qu’on fait pour boucher le trou de la Grèce, on a encore élargi le nôtre, cela durera autant que les agences de notation, ce qui est assez extraordinaire c’est que maintenant le crédit des Etats dépend d’agences de notation. C’est une mondialisation que je condamne. Nous sommes en train d’assumer le lègue de politiques désastreuses. On parle de crise mondiale, la crise n’est pas mondiale, il n’y a pas de crise en Chine, en Inde ou aux Etats-Unis. Les Etats-Unis ont un déficit aussi abyssal, et même davantage que le nôtre, mais ils arrivent à placer leurs dollars sur toutes les places du monde y compris la Chine qui leur en achète par centaine de milliards. Nous n’avons pas réussi à faire cela avec l’euro, c’était prévisible. Nous sommes en train, pour éviter que tout s’effondre comme un château de cartes, de combler le trou d’un certain nombre de pays comme la Grèce, demain le Portugal, l’Espagne… L’euro est la couverture d’économies chancelantes du fait des délocalisations. »

Marie

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.