Emmanuelle Pujol : « Bruno Gollnisch : son honneur s’appelle fidélité »

Bruno Gollnisch est au combat politique ce qu’est la Légion Etrangère dans la bataille :

Sa pensée, est précise et fulgurante comme les Commandos du REP.

Sa force est celle des Régiments du Génie: elle désamorce, ratiboise, remblaie, rassemble et élève les remparts de la Cité.

Il avance, pugnace, inlassable, infatigable, de son pas régulier, malgré les rafales, les tempêtes, avec l’opiniâtre endurance de l’Infanterie.

Il est en pointe  dans la mêlée, sa voix d’airain sonne la charge du Vrai, du Bien, du Beau, bousculant l’Ennemi dans son erreur, ses mensonges et ses calomnies.

Sans nul doute, l’Honneur de ce Gentilhomme s’appelle Fidélité.

Avec vous, Amiral, jusqu’au bout du monde, pour le Service et la plus grande gloire du Front National et de notre Patrie!

Emmanuelle Pujol,
Infirmière
Ancienne Conductrice Ambulancière (CR)
Membre du Comité Central
Secrétaire départementale adjointe de la Dordogne.

11 réflexions sur « Emmanuelle Pujol : « Bruno Gollnisch : son honneur s’appelle fidélité » »

  1. « Notre honneur s’appelle fidélité »… est la devise des SS
    Or BG est tres tres loin mais alors tres loin d’avoir l’étoffe d’un SS…
    Le SS devait faire front au combat… et ne pas se rabaisser constamment devant l’adversaire, en essayant fallacieusement de minimiser la portée de ses attaques ou en se mettant à plat-ventre en espérant piteusement que parce qu’on ne riposte pas, l’adversaire finira par avoir pitié de nous….
    Je dirais donc, qu’au contraire BG est l’inverse d’un SS

  2. peut-être ai-je fait une fausse manip en postant. Ma première réaction avait été de dire qu’il y avait confusion entre la devise « mon honneur s’appelle fidélité » (Meine Ehre heißt Treue, devise de la SS) et « honneur et fidélité » (devise de la légion étrangère). Elles n’ont pas le même sens.
    La devise SS fusionne les deux termes alors qu’ils n’ont pas la même définition, se complètent mais peuvent s’opposer.
    Pour faire court, la devise SS est un serment d’allégeance qui au final en vient à nier le principe de l’honneur qui se trouve dévoyé.
    Dans honneur et fidélité, il y a complémentarité sans confusion, et la fidélité peut s’arrêter là où l’honneur est bafoué. C’est une différence fondamentale.
    La confusion de la devise SS a conduit aux pires excès.

    [modération : cette devise est trop courte, trop implicite et suggestive, pour faire l’objet d’une interprétation aussi univoque et téméraire. Il faudrait évidemment s’interroger en dernière analyse sur l’objet de cette fidélité. N’y a-t-il pas des valeurs immuables, éternelles, qui relèvent simplement de l’ordre naturel? La fidélité à leur égard n’est-elle pas honorable? Plus généralement, on ne peut servir que ce qui mérite fidélité. Ou bien l’allégence devient esclavage et la fidélité est elle même dévoyée: elle devient complicité. Il s’agit ici de fidélité.]

  3. « mon commentaire sur le sujet n’apparaît pas alors que poster avant celui de native proud. Un oubli ?  »
    Très drôle !
    alors que » posté » et non » poster » , Athos !
    Admettons que je sois une imbécile , mais je commets beaucoup moins de fautes de français que vous , Athos.
    Athos, le chasseur de SS, ou le sentiment de frustration, l’esprit totalitaire , en action !
    Merci au modérateur de ne pas censurer ma réponse à Athos sur l’autre fil.

  4. pauvre, catherine, réduite à chasser les fautes de frappe pour se donner une contenance. Et une nouvelle fois incapable de comprendre ce que j’ai écris.
    Vous êtes d’une remarquable constance dans l’effort. Pour vous ridiculiser.

    [modération : idem sur ce fil de discussion. Le débat est clos. Je ne validerai plus les commentaires qui, en plus de ne pas être constructifs sur le fond, donnent une bien piètre image de notre famille de pensée en se réduisant à l’expression d’une querelle de personnes.]

  5. d’accord avec vous, [modéré]
    Si vous en êtes d’accord, je pense reposter sur le thème de débat, votre approche suscitant de multiples réflexions.

    [modération : je n’y voit aucune difficulté, pourvu que cet espace de liberté ne soit pas confisqué en vue de régler des comptes personnel.]

  6. Monsieur le modérateur,
    Vous avez censuré mon dernier commentaire en réponse à celui d’Athos.
    Je vous demande donc de supprimer celui de ce dernier en date de 22H 55, surtout qu’en publiant son commentaire de 23h 36, avec la mention » modéré « , vous semblez prendre fait et cause pour lui .
    C’est cet individu qui A COMMENCE en proférant des insultes injustifiées ( je m’exprimerais mal , je serais indigente intellectuellement) à mon endroit , et vous avez laissé faire , en ne le priant même pas d’être plus courtois .
    J’espère que le copinage ne règne pas sur ce site .
    Je vous demande donc poliment de supprimer son commentaire de 22H 55.
    Dans le cas contraire , j’en conclurais que cet individu a été lancé comme missile pour me chasser de ce site .
    Je ne suis pas de la même famille de pensée que cet individu , je tiens à vous le redire .
    Je ne le connais pas , ce n’est pas une question de personnes .
    Pour moi, ce type d’individu est L’ENNEMI PREMIER , c’est une évidence , il ne roule que pour une certaine communauté et se moque bien de la France .
    Bernard Antony , dont il est l’ami, d’après ses dires, est en effet un « idiot utile « , ce sont des gens comme lui qui contribuent aussi à la déliquescence de notre pays , par conformisme veule (au mieux ).

  7. Puisque tous mes commentaires en réponse aux insultes d’Athos sont censurés , je vous demande de publier cette remarque, qui n’est pas une insulte :
    Je tiens à dire que je ne fais pas partie de la même famille de pensée qu’Athos (que je ne connais pas du tout, ce n’est pas une question de personnes ) nous n’avons rien en commun.

  8. je lis: Bernard Anthony « un idiot utile » Dois-je le prendre au premier degré ou est ce de la dérision ? Tout cela est bien flou , mais c’est sans doute voulu.
    En tout cas j’aimerai bien arriver à la cheville de Bernard Anthony.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.