Bruno Gollnisch dans Monde et Vie

En date du 5 juin, Monde et Vie fait paraître une interview de Bruno Gollnisch dans laquelle le Vice-Président du Front National aborde les questions des retraites, de la laïcité et de l’identité. En voici quelques extraits:

« Les critiques que Nicolas Sarkozy adresse aujourd’hui à la politique de François Mitterrand sont certes justifiées, mais la droite est elle aussi responsable : elle a refusé de mettre en oeuvre une vraie politique familiale et d’accueil de la vie, dans un pays qui élimine chaque année 200 000 enfants à naître. C’est un suicide collectif. Notre déficit démographique est aujourd’hui masqué par les naissances étrangères, qui ne sont même pas répertoriées comme telles. Ce terrible déficit démographique est censé être compensé par l’immigration, mais pour que les enfants de Mohammed paient la retraite de Maurice, comme on pouvait le lire sur une affiche de SOS-Racisme placardée au Parlement européen, encore faudrait-il qu’ils travaillent, ce qui n’est pas toujours le cas… […]

Si j’étais ministre de l’Intérieur, le problème de la burqa serait vite résolu : j’enverrais aux préfets, aux maires, aux officiers de police et de gendarmerie une circulaire interdisant de circuler masqué sur la voie publique, avec une tolérance le jour du carnaval. C’est une question d’ordre public et il n’est pas besoin de placer le débat sur le terrain religieux. Quant à la laïcité, il peut être dialectiquement utile de retourner cette machine de guerre forgée à l’origine pour détruire l’identité chrétienne de la France. On prend aujourd’hui, pour lutter contre la burqa, plus de gants que l’on n’en avait pris jadis pour expulser les congrégations, c’està- dire des dizaines de milliers de religieuses qui ne s’étaient rendues coupables que d’avoir consacré leur vie à instruire les enfants, à soigner les malades et à prier ! Quand on cite la laïcité au nombre des « valeurs de la République » (dont j’aimerais que l’on précise le contenu…), ça me laisse assez froid. Bien comprise, la laïcité – à ne pas confondre avec le laïcisme – signifie le respect par l’Etat de la liberté de conscience de chacun. Je peux admettre qu’on l’utilise comme argument pour contrer certaines pratiques ostentatoires, mais l’islam profite surtout des carences de notre société. Tout se tient : la progression de l’islam ou de l’islamisme a des causes démographiques, politiques, spirituelles… On ne la contiendra pas avec la barrière théorique de la laïcité. Le problème se poserait moins si nos églises étaient pleines… Il faut que les Français retrouvent leurs traditions, qu’elles soient vivantes et qu’ils en soient fiers. […]

J’ai personnellement participé à un débat sur l’identité nationale organisé, en présence d’Eric Besson […] j’ai interpellé publiquement le ministre pour lui dire mon désaccord avec les propos qu’il avait tenus, selon la presse, à La Courneuve, et dont il ressortait que la France n’était ni un peuple, ni un territoire, ni une langue, ni une religion, mais un « conglomérat ». J’ai dit que je pensais exactement l’inverse : à savoir, que la France est à la fois un territoire qui s’étend sur les cinq continents, un peuple principalement européen dont le creuset mythique a été constitué par l’alliance des Francs et des Gallo-Romains, symbolisée par le baptême de Clovis à Reims, une civilisation profondément marquée par le christianisme, une culture exceptionnelle par sa variété et sa profusion, et une langue qui a longtemps servi de langue diplomatique. […] Eric Besson a tenu à me répondre immédiatement, en opérant un virage à 180 ° par rapport à ses déclarations de La Courneuve, expliquant qu’on l’avait mal compris et qu’en somme il partageait ma conception de l’identité nationale. Le seul fait qu’il soit d’accord avec un élu du Front national aurait dû faire quelque bruit ; or personne n’en a parlé, hormis L’Express et la presse lyonnaise. »

via le Salon Beige

Marie

2 réflexions sur « Bruno Gollnisch dans Monde et Vie »

  1. « elle a refusé de mettre en oeuvre une vraie politique familiale et d’accueil de la vie, dans un pays qui élimine chaque année 200 000 enfants à naître. C’est un suicide collectif. »

    Je crois que là M. Gollnisch pose une réelle question. Pour moi, il est vrai que l’on essaye de remplacer progressivement le peuple français, le peuple « Clean Ex » (Clean au sens de nettoyage et ex représentant les Français de souche)par l’immigration.

    Une immigration qui d’ailleurs se fait plus avec de nouveaux venus alors même que le problème d’ « intégration » des harkis et des pieds-noirs: de ceux qui se sont engagés pour la France lors de la guerre d’Algérie, même après 40 ans, n’est toujours résolu.

    JM Le Pen avait d’ailleurs signalé cette « volonté » des politiciens de gauche comme ceux de la droite molle il y a déjà 20-30 ans. Et Madame Simone Veil, elle-même, qui a portant voulu régler le problème des IVG n’en revient toujours pas de la façon où sa propre politique a été détournée de ce qu’elle voulait mettre en place pour en arriver à une banalisation (du crime) la plus totale.

    Comme je disais – manifestait- lors de ma participation à la dernière marche pour la vie, en janvier dernier, il serait ENFIN temps de créer, en France, des lois pour la VIE, et de retourner à des lois pour encourager des mères à garder leurs enfants à naître. Ceci alors même que les dernières ont été instaurées il y a bien longtemps, sous la présidence de Giscard-d’Estaing.

  2. Marine dit qu’il faut introduire la laïcité dans la constitution en précisant qu’aucun communautarisme n’est reconnu.

    Oui, mais que fait-on de la base chrétienne de notre culture ? de l’entretien de nos édifices religieux, de nos fêtes dont la plupart sont religieuses, et tout simplement du nom des saints sur le calendrier ?

    Qu’en pensent les partisans de Bruno ?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.