Amaury Navarranne : « Pourquoi je soutiens Bruno Gollnisch »

Depuis mes jeunes débuts en politique à 15 ans, je n’ai jamais varié dans mon engagement au Front National. Secrétaire départemental FNJ du Var de 2002 à 2005, puis secrétaire régional PACA, responsable de la campagne jeune des régionales PACA en 2010, avec notre très bonne affiche « NON À L’ISLAMISME ! », j’ai été constant dans les responsabilités que m’a confié le mouvement .

Cet engagement n’a jamais failli, car il s’est construit sur les piliers solides de la doctrine nationaliste, celle de nos maîtres Barrès, Maurras ou Carrel. Elle est ce qui nous rend tellement différents des « amis » du système qui draguent le pouvoir avec un programme radical. Car nous sommes bien loin des réformateurs, des ajusteurs : notre volonté n’est pas d’amender le système mais de le remplacer. Ses fondements sont ceux qui ont conduit la France sur le chemin de la décadence ; nous souhaitons faire l’inverse et la restaurer dans sa grandeur et sa force.

« On ne soulève pas les masses pour une action durable sans principes et sans doctrine », et parce que les idées ne peuvent être incarnées que par des hommes de convictions profondes, je soutiens de tout cœur, avec force la candidature de Bruno GOLLNISCH à la présidence du Front National.

Pour sa prestance intellectuelle et la clarté de sa ligne doctrinale.
Pour ses qualités de tribun, son sens de l’unité et de sa pondération.
Pour sa résistance au politiquement correct, son refus de l’idéologie dominante et son souci de défendre le passé et l’histoire comme un héritage qui se critique parfois mais ne se renie jamais.
Parce qu’il est politiquement mature et visionnaire, comme l’a été pour nous tous Jean-Marie LE PEN.
Parce qu’il souhaite ardemment soutenir la formation de la jeunesse militante et favoriser sa solidité et sa camaraderie pour les durs combats à venir.
Enfin parce qu’il est aussi l’un des meilleurs exemples de la jeunesse d’esprit et de l’amitié française qui nous anime : résolument GOLLNISCH PRESIDENT !

12 réflexions sur « Amaury Navarranne : « Pourquoi je soutiens Bruno Gollnisch » »

  1. Un discours qui doit stupéfier les » modernistes  » justement parce qu’il est NOUVEAU.

    « Pour sa résistance au politiquement correct, son refus de l’idéologie dominante et son souci de défendre le passé et l’histoire comme un héritage qui se critique parfois mais ne se renie jamais.  » : c’est la condition sine qua non ; si l’on ne veut pas l’admettre, on est condamné à continuer à dévaler la pente.

  2. Bravo et Merci pour votre très beau texte. Venant d’un homme jeune, il est réconfortant de penser que ceux qui voteront pour Bruno ne sont pas que des vieux ringards à la vue étroite, mais qu’il nous rassemble, jeunes et moins jeunes, car notre idéal est le même, avec ce petit plus qui est notre désir d’absolu et de continuer sur « une route étroite » certes, mais tellement enthousiasmante.

  3. Je constate avec grand plaisir que dans le Var les pro Gollnisch et les pro Marine travaillent en parfaite intelligence.
    Pour preuve :

    « Ce soir, jeudi 14 octobre 2010, l’UMP tenait à La Valette du Var une réunion sur le thème « La santé n’a pas de prix, mais elle a un coût ». Les députés VITEL et GIRAN ainsi que la sénatrice HUMEL (entre autres « huiles ») venaient débattre avec leurs sympathisants sur les solutions pour sauvegarder le système de santé français.

    « Candidat FN aux cantonales sur ce canton de La Valette, Amaury NAVARRANNE s’est rendu à proximité de la salle pour distribuer un tract titré « La santé n’a pas de prix pour les étrangers, mais elle a un coût pour les français! ». Accompagné de jeunes militants, dont Pierre-Laurent CHABLE, candidat frontiste sur le canton voisin de La Garde, et du secrétaire départemental Frédéric BOCCALETTI, conseiller régional et lui-même candidat FN à Six-Fours, le message que le jeune candidat a souhaité faire passer était simple: si l’on veut continuer à protéger les français, il faut qu’ils aient la priorité!  »

    Puisse cette attitude se généraliser partout.

  4. que se passe-t-il jean ? Vous essayez de vous racheter une conduite, vous qui sur d’autres blogs cloués les soutiens de BG au pilori ?

  5. « Cet engagement n’a jamais failli, car il s’est construit sur les piliers solides de la doctrine nationaliste, celle de nos maîtres Barrès, Maurras ou Carrel ».
    Barrès, aucun souci. Maurras, pourquoi pas ? (l’étudier est indispensable, au moins, après on peut toujours discuter). Mais Carrel ? Alexis Carrel ? en quoi peut-on le considérer comme un « maître » pour un nationaliste aujourd’hui ? pour ses théories eugénistes ? c’était un grand scientifique, c’est indéniable, mais qu’apporte-t-il aujourd’hui aux idées de la droite nationale ?

  6. Merci pour ce soutien.

    Mais une question s’impose. Que vient donc faire Alexis Carrel dans cette histoire ? (Si c’est bien d’Alexis dont il est question).

    L’eugénisme est fondamentalement anti-chrétien. La vie est certes imparfaite ; mais elle est sacrée. Défendons-là contre vents et marées. Défendons-là à temps et à contre-temps. Défendons-là à contre-flots si vous me permettez cette boutade (quoique le sujet mérite sérieux et attention).

  7. Attention à ne pas confondre l’eugénisme version moderne avec la nécessité de « faire des hommes solides » par une hygiène de vie des parents qui est plus en phase avec ce que vous dites « l’eugénisme de Carrel ».

  8. amaury a raison il faut reformer la france avec un esprit et une motivation commune des idées, un esprit, une politique

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.