Fête des patriotes : l’allocution de Bruno Gollnisch

Villepreux- 13 novembre 2010
Allocution de Bruno Gollnisch
Vice-président du Front National
Député européen

Mesdames, Messieurs, Chers Amis du Front National, ou sympathisants de la cause nationale ;

Au cours de mes 27 années d’engagement aux côtés d’un homme hors du commun, Jean-Marie Le Pen, auquel j’en suis sûr l’Histoire rendra justice, j’ai rencontré beaucoup d’entre vous. Je me présente aujourd’hui à vos suffrages dans le cadre du notre congrès de Tours qui désignera, conformément à nos statuts, le nouveau président de notre Mouvement.

Je mesure tout autant la responsabilité qui est la vôtre à cette occasion, que la tâche, lourde mais exaltante, qui est la mienne si vous m’accordez majoritairement votre confiance.

Je crois ma candidature légitime, non pas pour quelque vaine gloriole, mais pour le service de notre cause!

Car je veux de toutes mes forces contribuer à sortir notre pays de l’ornière boueuse dans laquelle il s’enfonce. Lutter contre sa terrible décadence : morale, démographique, culturelle, administrative, sécuritaire, économique, sociale, diplomatique et stratégique.

Morale, par l’arrêt des repentances incessantes et injustifiées, la remise à l’honneur des valeurs traditionnelles et de droit naturel, la suppression des lois liberticides et des privilèges des organisations anti-nationales ;

Démographique, par l’instauration d’une grande politique familiale et d’accueil de la vie, qui doit être respectée et protégée, de son origine à son terme naturel ;

Culturelle, par l’enseignement de notre histoire prodigieuse et de notre patrimoine incomparable, la remise à l’honneur dans l’enseignement des Humanités, et des disciplines artistiques, mais surtout de la langue française, pour commencer !

Administrative, par la réduction des niveaux d’administration, la simplification de la bureaucratie écrasante, la lutte contre le clientélisme et la corruption;

Sécuritaire, par l’expulsion sans faiblesse des délinquants étrangers, la déchéance des doubles nationaux coupables de crimes ou délits graves, la dépolitisation de la justice, le rétablissement de la peine de mort pour les crimes d’assassinat les plus odieux ;

Economique, par la protection raisonnable de notre marché, la taxation des produits fabriqués ailleurs dans des conditions d’esclavage et importés chez nous à vil prix, la taxation des mouvements financiers spéculatifs, la taxation à la source, de façon claire, simple, et non confiscatoire, des revenus du seul capital, la suppression en revanche de l’ISF et du bouclier fiscal, mais surtout la suppression de l’impôt sur les revenus du travail, l’interdiction des scandaleux cumuls de fonctions d’administrateurs par une poignée de personnes qui s’empiffrent avec cynisme malgré la destruction d’emplois français à laquelle ils procèdent…

Sociale, par l’instauration de la préférence nationale, l’accession facilitée à la propriété du logement,l’instauration de la TVA sociale, la création d’un actionnariat populaire…

Diplomatique, par l’exercice d’une politique étrangère indépendante de la super-puissance, l’utilisation, en tant que de besoin, de notre droit de veto à l’ONU, la restauration de nos anciennes alliances, notamment avec la Russie, la renégociation des traités européens ;

Stratégique, par notre retrait du bourbier afghan, la sortie du dispositif militaire de l’OTAN, la réorganisation de notre outil de défense vers les véritables menaces, la dotation de nos armées en matériels simples et moins coûteux mais efficaces et dont la maintenance soit convenablement assurée, la création d’un corps de réserviste capable notamment de tripler en 48 heures les effectifs de gendarmerie, la surveillance effective de notre immense espace maritime, l’arrêt des insultes contre nos anciens combattants…

La mission historique portée par les nationaux, celle de permettre les conditions d’une renaissance nationale, commande d’élire à la tête du FN une personnalité aguerrie et expérimentée, ferme mais ouverte au dialogue, capable d’assurer sa cohésion, son unité mais aussi de fédérer toutes les énergies et les talents de notre famille de pensée.

Je crois, si vous m’en jugez digne, disposer des qualités nécessaires pour contribuer à l’accomplissement de notre mission historique : ouvrir la voie de la renaissance nationale.
Ouvert au dialogue, j’ai l’expérience du rassemblement des hommes. Participant de longue date à l’élaboration des « fondamentaux » du FN, directeur de campagne de Jean-Marie Le Pen lors de l’élection présidentielle de 2002, j’ai participé à des dizaines de campagnes électorales,
J’ai exercé mes compétences politiques dans ma vie d’élu assidu, ferme et combatif, comme président de groupe parlementaire et d’élus régionaux, ayant su nouer à l’étranger, en Europe et hors d’Europe, de nombreux liens d’amitié et de confiance.

J’ai démontré mon impassibilité devant les attaques, mon imperméabilité au discours dominant abusivement rebaptisé : « politiquement correct », ma fidélité à nos convictions…
Juriste, je maîtrise les rouages de nos institutions. Officier supérieur de réserve, je connais les questions de défense et de diplomatie. Ancien doyen de faculté, je connais les problèmes de la formation, de la recherche et de notre jeunesse.
J’estime être à même de parfaire la réunion, autour du FN, de tous les patriotes et « souverainistes » qui ont vocation à nous rejoindre en 2012, de la droite sociale jusqu’à la gauche patriotique. N’en déplaise aux ennemis de longue date de notre combat !

J’ai toujours oeuvré, avec je crois, calme, maîtrise, détermination et sans esprit de chapelle à la bonne marche en avant de notre Mouvement. D’une fidélité inébranlable dans les épreuves, imperméable au discours dominant abusivement déguisé en « politiquement correct », j’estime être à même de parfaire cette réunion du « camp patriotique et souverainiste » autour du FN. Celle-ci est un préalable indispensable avant de partir victorieusement, en 2012, à la conquête de ces électeurs de la droite sociale et de la gauche patriotique qui ont vocation à nous rejoindre.

Dans cette optique, j’estime indispensable de faire du Front National une force politique incontournable en l’enracinant localement, en améliorant son mode de fonctionnement, afin qu’il gagne en attractivité.

Je vous livre quelques-unes de mes propositions pour le Front National, dont plusieurs ne sauraient naturellement être mises en œuvre qu’après la solution de nos difficultés financières qu’affrontent notre Président et nos trésoriers successifs :

• Je m’engage à améliorer la concertation entre nos structures départementales et notre siège national dans un sens tendant à renforcer les moyens matériels des premières. Ce qui commande de réaliser un audit approfondi des fédérations départementales, avant la nomination de nouveaux secrétaires départementaux.
• Je m’engage à tout mettre en oeuvre pour que, dans la limite de la nécessaire discipline propre à tout mouvement politique, le FN fonctionne sur un mode plus collégial, où chacun puisse trouver sa place et où l’expression d’une divergence ne soit pas perçue comme une trahison.
• Je m’engage à renforcer l’implantation locale du FN, à relancer les cercles nationaux s’occupant d’action sociale, culturelle, familiale, éducative, caritative…
• Je m’engage à renforcer l’armature intellectuelle du Front National, notamment en créant une école des cadres assurant aux militants une solide formation doctrinale.
• Je m’engage à rendre possible la reparution d’un journal officiel du FN sur le modèle de feu Français d’Abord, organe de liaison très apprécié de la communauté des adhérents qui, à l’heure d’internet, pourrait être bien évidemment décliné en une version électronique.
• Je m’engage à raviver la flamme militante, l’esprit de camaraderie, à rendre possible la renaissance de la fête annuelle des BBR, grand moment politique et d’amitiés françaises, que je souhaiterai ouvrir à l’ensemble des composantes de la mouvance nationale.
. Je m’engage à reconstituer un contre-gouvernement composé d’hommes et de femmes dont on verra qu’ils sont aptes à mettre en œuvre ces mesures de salut national, aussi compétents et même plus que ceux qui sont actuellement aux commandes.

Ce chantier de rénovation du FN, indispensable à sa progression, est à mes yeux prioritaire et participe de ma volonté de crédibiliser le message de l’opposition nationale, populaire et sociale.

Fidèle à la ligne de conduite unitaire qui a toujours été la mienne, je réaffirme ici que je reste ouvert à un partage des rôles avec Marine Le Pen, avec une seul guide pour l’action, une seule boussole : l’intérêt de la cause nationale.

Pénétré jusqu’au plus profond de mon âme de la justesse de notre combat,de la nécessité de notre victoire, et de sa possible imminence, je sais que le Front National est à la croisée des chemins.
Je suis convaincu que de grandes perspectives s’ouvrent devant nous, pour peu que nous rejetions les ferments de la division, fassions front commun devant l’adversité et que la flamme tricolore continue à briller dans le coeur de chacun d’entre nous. Si nous sommes réunis, elle deviendra ce brasier réchauffant les énergies dont notre pays a besoin pour assurer sa renaissance.

Je suis prêt.

Vive le Front National, Vive la France !

Une réflexion sur « Fête des patriotes : l’allocution de Bruno Gollnisch »

  1. Magnifique réunion des Patriotes que samedi et Magistral discours de Bruno qui nous a enflammés à l’approche d’une échéance décisive pour l’avenir du Mouvement

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.