Bruno Gollnisch mobilise l’Aquitaine

Record battu concernant la mobilisation de militants FN pour la venue de Bruno Gollnich en Gironde : quelques 300 personnes étaient réunies ce dimanche 3 octobre à Loupiac, dans le cadre de la campagne interne du Front National, ce qui n’était pas arrivé depuis 1996 lors de la venue de Jean-Marie Le PEN.

Après un apéritif convivial préparé par des bénévoles frontistes pendant lequel le vice président a pu faire la connaissance ou retrouver certains de ses partisans, c’est Jacques Colombier, secrétaire départemental du FN en Gironde (et responsable régional Aquitaine) qui a tenu à lui exprimer tout son soutien dans cette campagne difficile mais exaltante, jugeant que Bruno Gollnisch restait à l’heure actuelle le candidat le plus expérimenté pour reprendre les rênes d’un parti qu’il connait depuis 27 ans (première adhésion en 1983).

A la fin du déjeuner, ce n’est pas un discours que Bruno Gollnisch a voulu imposer à son auditoire : recherchant comme toujours efficacité et précision, il a voulu tout simplement répondre de manière détaillée aux questions de l’assistance, soucieux de détailler les points de son programme que voulaient aborder les militants : de l’insécurité à l’immigration en passant par sa vision d’une politique familiale, économique et sociable, Bruno Gollnisch a rappelé qu’il « avait les qualités pour porter cette lourde charge » dont il connait l’ampleur pour les avoir vécu des années durant au côtés de Jean-Marie Le PEN. « Considéré pendant des années par Le Pen comme étant son successeur logique », le vice président n’a pas tenu rigueur à celui-ci d’avoir pris position pour sa fille, certain que « les militants sauront désigner par eux-mêmes le candidat le plus à même de défendre la droite nationale ». A un auditeur lui demandant s’il se sentait assez moderne, et si cela ne risquait pas de jouer en sa défaveur face à sa concurrente, il sut trouver, comme à son habitude, les mots justes:

« Il n’y a de modernité viable qu’enracinée dans la Tradition »

Appelant les militants présents à adhérer et à faire adhérer en masse, Bruno Gollnisch a souligné sa fidélité à Le Pen : « Je n’ai jamais laisser tomber Le Pen »,  « C’est bien le Front, c’est bien Le Pen qui avaient raison » et il a rappelé que sa maturité politique et juridique, son expérience et sa détermination à poursuivre dans la lignée tracée par Jean-Marie Le PEN font de lui le candidat le plus à même de poursuivre dans cette tradition nationaliste. « je propose un programme raisonnable, susceptible de rallier la majorité de nos adhérents et de rassembler ceux qui nous ont quittés, ainsi que la famille souverainiste de la droite sociale à la gauche patriote » C’est aux cris de « GOLLNISCH PRESIDENT » que le candidat du Front National a clos ce discours-débat avant de se retrouver entouré de militants pour signer bons nombre d’autographes sur les cartes ou les livres vendus à cette occasion. Pressé par le temps, il dut repartir assez rapidement pour son train à Bordeaux, la campagne interne n’étant pas de tout repos…

La journée se termina donc autour de la tombola dans la bonne humeur et la convivialité. Plusieurs jeunes du groupe de soutien les jeunes avec Gollnisch avaient fait le déplacement, arborant leur tee-shirt, et mettant une ambiance joyeuse et festive parmi l’assemblée. Quelques photos ont également été prises avec Bruno Gollnisch toujours à l’écoute de la jeunesse dans laquelle il a fondé de grands espoir depuis son appel de Saint Denis

Merci, Monsieur Gollnisch, d’être venu parmi nous, nous vous assurons de notre soutien et de notre engagement tout au long de cette campagne.

Gonzague, militant Bordelais

8 réflexions sur « Bruno Gollnisch mobilise l’Aquitaine »

  1. Moi je voudrais bien qu’on m’explique une chose.
    Pourquoi Monsieur Gollnisch dit tout le temps qu’il ne confond pas les échéances et que s’il est élu il ne serait pas forcément le candidat à la présidentielle.
    Marine a plusieurs fois dit que si elle n’était pas désigné en Janvier prochain président du parti , elle ne serait pas candidate.
    Ce qui est logique.
    [modération: pourquoi dites-vous que c’est logique? Ce sont deux échéances distinctes, l’une s’adressant aux adhérents, l’autre aux français, avec leurs exigeances propres et leurs objets spécifiques. Croyez-vous vraiment que si Bruno Gollnisch remporte le congrès, Marine le Pen refusera la présidentielle???]

  2. En tout cas si j’étais à sa place je la refuserais clairement le présidentielle.
    Si elle n’était pas désignée en Janvier ce serait clairement un désaveu de sa personne , de sa ligne politique donc faire une campagne avec un président de parti hostile qui ferait revenir tous les dissidents haineux à votre égard.
    Non merci
    Vous croyez vraiment que Marine resterait au FN après un tel désaveu?

    [modération : pourtant, dans le cas de figure inverse, Bruno lui resterait…]

  3. Bruno resterait car lui n’a pas le choix mais MARINE elle a son avenir devant elle .
    Marine est la locomotive du FN sans elle nous aurions sombrer depuis 2007 [modération: euh…qui était la directrice de campagne en 2007 ? C’est pas faute pourtant d’avoir demnadé que le discours ne soit pas adouci. Car on a finit par ne plus faire la différence avec Sarkozy, et les électeurs ont naturellement porté leur suffrages sur celui qui, quitte à tenir le même discours, était plus à même de remporter l’élection. En 2002, le directeur de campagne de le Pen s’appelait Bruno Gollnisch…], c’est grâce à elle qu’aux régionales nous avons pu remonter la tête hors de l’eau.
    Sarkozy craint Marine le Pen , la Une du parisien ce n’était pas « Bruno Gollnisch fait paur à l’Elysée »

    Au contraire si c’est Bruno Gollnisch qui est désigné, Sarkozy sabre le champagne et peut dormir sur ses deux oreilles.

  4. Marine le Pen est bien restée après être arrivée trois fois d’affilée largement derrière Bruno Gollnisch aux derniers congrès.
    prendre la présidence du mouvement est un SERVICE; Se présenter également. je pense que bruno voit la chose de cette façon, j’en suis moins sûre pour Marine, que je trouve très demandeuse d’occuper les deux postes importants à la fois.
    Il pourra se poser en effet la question de savoir si Gollnisch et Marine sont en accord pour un programme présidentiel.Il faudra alors clairement mettre à jour leurs différences. c’est pourquoi cette campagne interne est une bonne chose, car elle pose d’ores et déjà cette question : et les adhérents ont la possibilité de trancher.

  5. J’ai beaucoup regretté de ne pas être présente à cette journée mais je n’avais personne pour me suivre.
    Pourquoi vouloir à tout prix et au nom de la logique ( argument vaseux) porter à la fois les 2 casquettes ?
    Je vois très bien Bruno Président et Marine à l’élection présidentielle. Ce sera même la seule façon de conserver notre unité dont nous avons tant besoin.
    Parmi les démissionaires il serait bon qu’ils reviennent nous apporter ce qui nous fait défaut : culture politique, intelligence, expérience et que Marine « prenne tout » comme elle l’a dit pour son père.

  6. « Bruno resterait car lui n’a pas le choix mais MARINE elle a son avenir devant elle . »

    Il n’y a pas d’avenir hors du FN, toutes les tentatives de scission et de concurrence électorale ont été des échecs.
    Si Bruno est président du FN, Marine pourrait très bien être une des portes paroles principales dans les médias (mais pas la seule comme aujourd’hui), notamment pour parler de social et pour dénoncer des scandales de fraudes (de politiciens ou d’immigrés avec les allocations et les cartes vitales). Et même pour parler de l’utilité des frontières pour protéger le marché et les emplois français.

    Pour la direction du FN et la candidature à l’Elysée, je vois mieux Bruno.

  7. @ Charles,

    Comment pouvez-vous écrire sans vergogne que Sarkozy sabrerait le vin de Champagne si Bruno Gollnisch était élu quand on sait que le Système politico-médiatique soutient à fond MLP et prévoit même son intégration dans un prochain gouvernement comme l’a annoncé un conseiller de ce même Sarkozy dans « Le Parisien » ?

  8. Gollnisch va rassembler toute les mouvances ….patriotiques, nationnalistes de la bombasse! accrochez vous! 2012 y’aura des militants au fn!
    Ps: puisqu’on vote pour la succesion de le pen, pourrai t’on pas voter pour la succession de son Sd? sa serait simpa et démocratique non?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.