Evénement Front National : Posez vos questions à Bruno Gollnisch et Marine Le Pen, candidats à la Présidence du FN !

Candidats à la Présidence du FN, Bruno GOLLNISCH et Marine LE PEN répondront à vos questions lors d’un rendez-vous de 20mn chacun sur le site du Front National.
Posez vos questions du lundi 08/11 à midi au jeudi 11/11 à midi en écrivant à l’adresse : tchat@frontnational.com

Nous comptons sur vous !

Source

7 réflexions sur « Evénement Front National : Posez vos questions à Bruno Gollnisch et Marine Le Pen, candidats à la Présidence du FN ! »

  1. Je me pose une question:

    Est-il judicieux d’envoyer une question au siège du Front-National alors que l’on sait très bien que ceux qui soutiennent Bruno Gollnisch en sont évincés.
    Ou: Est-ce que le siège du Front-National enverra aussi les documents pour voter pour le prochain président du Front-National en cas où il peut être soupçonné d’être en faveur de Bruno Gollnisch ?

    Question idiote ? Je ne le pense pas !

    On a très bien vu, par exemple, que les informations sur Marine le Pen étaient très régulièrement placées sur le site du Front alors que celles de Gollnisch n’y étaient pas d’une manière très « assidue ».

    De plus qui reçoit les questions ? Une proche de Marine le Pen ?
    Tout comme « Nazi Pravda Intox » qui a fait, jusqu’à maintenant, que tous ceux soutenaient Bruno Gollnisch ne puissent pas y participer ?

    Donc: méfiance, si on veut que Bruno Gollnisch puisse avoir toutes ses chances. 😉

  2. lu aujourd’hui dans Haine PI sous la plume de la par ailleurs très respectable Mme d’Ornano, une mariniste convaincue, ex-mégrétiste, donc « félone » tout à fait fréquentable.

    « Nul doute que le Front National, qui n’a pas vocation à être un parti unique, devra un jour ou l’autre forcer des alliances.(…) »

    Reportez-vous à l’un de mes précédents posts analysant comment NPI en vient à soutenir un jour une ligne tout à fait contraire parfois même à celle de la veille. Le tout en procédant avec la tactique feutrée du voleur chinois.

    Ainsi BG qui affirme ne pas avoir de position doctrinaire sur un tel sujet était tout simplement voué aux gémonies quelques jours avant… Mais aujourd’hui, sur Haine Pi, il est important de soutenir MLP pour une hypothèse qu’elle seule -selon Mme d’Ornano- rendrait possible.

    Mon analyse prend tout son sens.

    Lire ce site est une vraie jubilation : le grand écart y finira en écartèlement à n’en point douter.

    Les « Smith » de Haine Pi sont incorrigibles et nous prennent vraiment pour leur cheptel…

    Aux adhérents qui ont un minimum de culture politique de ne pas céder au panurgisme !

  3. J’ai posé ma question. Je suis curieux de savoir si je vais avoir une réponse… Wait and see…

  4. http://www.nationspresse.info/?p=115900

    Le contenu est effarant !
    Papy Brossard au secours !
    Je n’ai même plus envie de réagir devant tant de démagogie , d’ignorance feinte de ce qu’ont toujours été la gauche et les syndicats en France, de la négation de la réalité à savoir que c’est le socialisme qui plombe la France .

  5. Catherine, c’est le résultat de 65 ans d’enseignement de la pratique économique par le parti communiste et sa succursale syndicale, la CGT. Il est très difficile de remettre en question des dogmes qui ont valeur de vérité. Il me semble qu’ils disent une chose vraie, à savoir que Sarkozy « agit » dans l’intérêt de ses amis (commanditaires ?) des très grandes entreprises transnationales. Ce qu’ils ne disent pas c’est que cela ne représente qu’ une petite partie de l’activité et de l’emploi français et que, par ailleurs, le président actuel poursuit la politique crypto-communiste – y compris au plan économique – de ses devanciers depuis Giscard 2 (2ème partie de septennat). Ouverture des frontières aux produits étrangers Maintien, voire accroissement des contraintes et fardeaux qui pèsent sur les créateurs de richesse, ce qui fait que notre industrie n’est plus compétitive même par rapport à nos voisins à haut niveau de protection sociale et ouverture de plus en plus large de nos frontières aux produits fabriqués dans des conditions de concurrence sans commune mesure. Le cocktail est explosif pour les producteurs, mais (temporairement) favorable pour les consommateurs, sauf que si ces derniers cessent de produire, ils cesseront aussi de consommer sauf à considérer comme Aragon que le crédit est l’avenir de l’homme. Je ne peux pas croire qu’il n’y ait pas d’entrepreneurs dans ce parti qui aient voix au chapitre pour tordre le coup à ces mythes qui nous plombent et décrire la situation telle qu’elle est !

    En tout cas, ceci est une raison supplémentaire de ne pas soutenir une démagogue socialiste de plus, le PPF (paysage politique français et pas autre chose de plus sulfureux 🙂 ) en regorge. Je suis content que Gollnisch utilise, dans ses interventions télévisées, le célèbre aphorisme de Reagan que JMLP reprit en son temps à propos de l’influence délètère du trop d’Etat. J’ai d’ailleurs eu l’occasion de questionner Bruno Gollnisch sur le côté moral de la récompense matérielle d’un entrepreneur qui prend des risques et réussit. Ce qu’il a admis volontiers. Je l’ai aussi questionné sur le scandale que constituent les fromages de la république qui sont des gouffres injustifiés et sur l’injustice de la situation des travailleurs du secteur privé (niveau de vie réel, conditions de travail, retraite) par rapport à ceux du public, surtout que les premiers paient pour les seconds et que ceux-ci, soit ne s’en rendent pas compte, soit trouvent cela on ne peut plus normal. Encore une fois, il a répondu dans le sens que j’espérais, ce qui est courageux compte tenu de la sociologie des sympathisants du Front. Cet homme se méfie de tous les -ismes, mais est attaché aux libertés concrètes, dont celle d’entreprendre et celle de conserver la plus grande partie des fruits de son travail. Il faut être de mauvaise foi pour ne pas voir l’abysse qui sépare les deux candidats.

    Amitiés et courage.

  6. Papy Brossard
    Merci !
    « voire accroissement des contraintes et fardeaux qui pèsent sur les créateurs de richesse, ce qui fait que notre industrie n’est plus compétitive même par rapport à nos voisins à haut niveau de protection sociale »
    Tout est là , mais les marinistes, et pas qu ‘eux , malheureusement, soit ne comprennent pas, soit font semblant de ne pas comprendre .
    ps : de la part d’un fonctionnaire , eh oui, qui a pu constater de visu certaines réalités , et qui considère que les fonctionnaires ne sont pas des privilégiés loin de là (enfin ceux qui ne sont pas en arrêt maladie à répétition et/ ou qui obtiennent des promotions indues en raison de certaines »‘adhésions « ).
    Je me souviens d’un le Pen déclarant : » c’est en France qu’il y a le plus de fonctionnaires et où ils sont le plus mal payés  » et souhaitant moins de fonctionnaires mais mieux payés .
     » c’est le résultat de 65 ans d’enseignement de la pratique économique par le parti communiste et sa succursale syndicale, la CGT. Il est très difficile de remettre en question des dogmes qui ont valeur de vérité. »*
    Exact !
    Paradoxalement les marinistes, qui prétendent changer notre pays, nous enfoncent dans les éternels dogmes mortifères français .
    Le piège tendu par les « bouchetistes  » :libéralisme économique = perte de souveraineté = destruction des valeurs morales (enfin, pour les marinistes, les valeurs morales ne sont que « connexes  » , la blague de l’année 2010).
    Les faits en France démontrent le contraire.
    Cordialement.

  7. Catherine, le problème de la déchéance spirituelle de notre peuple est réel, mais la boulimie de consommation individuelle dépourvue de sens effectivement rendue possible par le libre échange intercontinental n’en est pas la cause. Ce n’est qu’une conséquence d’un mal plus profond qui fait que les contemporains qui forment un nouveau « peuple » (populace, plèbe plutôt) à chaque génération (Tocqueville, encore) s’agitent de façon brouillonne en perdant de vue qu’ils font aussi partie d’une collectivité charnelle très ancienne, avec son Histoire, ses caractéristiques, ses représentations. La collectivité à l’exclusion de l’individu ce sont les sociétés totalitaires (pays communistes, islam, etc.), l’individu sans collectivité bien définie, circonscrite – à l’opposé d’un magma informe comme ce’est le cas de la société française aujourd’hui -, c’est le monde des zombis postmodernes, l’individu s’épanouissant au sein de sa collectivité charnelle, ce furent les grandes nations d’Europe avant la grande catastrophe. Je ne saurais trop recommander la lecture du « siècle de 1914 » de Dominique Venner à ce propos. Disons simplement que la fin de la transmission de l’héritage identitaire par la famille, l’Ecole, l’Eglise, les institutions, les médias, la société en général ne permet plus aux gens de replacer leur individualité au sein d’un ensemble plus vaste, cohérent et qui lui donne la possibilité de fleurir de façon harmonieuse et mesurée. La destruction du sentiment d’appartenance par omission systématique fait que l’individualité est prise d’hubris, se développe sans mûrir comme des métastases cancéreuses dans un organisme précédemment sain.

    PS : je n’ai contre les fonctionnaires en tant qu’individus, l’inflation de leur nombre (merci Mitterrand et ses successeurs) et ses conséquences délétères posent en revanche un sérieux problème. Au-delà de la question du statut qui peut être discuté comme cela a été le cas il y a quelques années en Suisse, la perspective d’un corps d’agents resserré avec des rémunérations à la hausse mérite examen. Evidemment, cela ne pourrait se faire qu’en cohérence avec une remise à plat générale du socialisme à la française (que le monde entier ne nous envie pas).

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.