Christophe Boudot : « Bruno Gollnisch, une chance historique »

Le moment est venu de donner un nouveau chef au Front National.
A partir du 16 Janvier prochain, le successeur de Jean Marie Le Pen devra conduire notre mouvement et rassembler, derrière lui, l’ensemble de la famille nationale en France.
Il m’apparaît comme une évidence que BRUNO GOLLNISCH, est le plus qualifié pour assurer cette lourde mission.

A ses cotés dans le combat politique, l’accompagnant souvent lors de ses déplacements, j’ai pu juger du profond respect et de l’amitié sincère que lui portent les militants et adhérents du Front National partout en France. J’ai pu également apprécier ses grandes qualités d’homme d’Etat toujours prompt à privilégier l’intérêt du Front National avant son petit confort personnel.

Bruno Gollnisch incarne naturellement les idées du Front National, il incarne ce bel esprit moderne de résistance enraciné dans la tradition. Il est également le pourfendeur légitime du politiquement correct, d’un système corrompu qui souhaiterait un jour nous enlacer pour mieux nous étouffer …

Il est un redoutable parlementaire et un homme d’assemblée respecté même par ses adversaires politiques français et étrangers. Il a su, par son intelligence et sa grande capacité d’analyse, fixer et enrichir la doctrine du Front national, sans laquelle aucun avenir politique sérieux ne sera possible.

Nouveau président du Front National, il pourra, j’en suis convaincu, donner à notre mouvement un élan supérieur et écrire une nouvelle page de son histoire, celle de la conquête du pouvoir, qu’il abordera sans aucun complexe et dans un esprit de rassemblement, restant ouvert à tous les patriotes qui souhaiteront rallier nos rangs, légitimant ainsi durablement notre combat de toujours.

Nous avons une chance historique de porter un homme d’Etat à la présidence du Front National, alors, saisissons là !

Christophe BOUDOT
Conseiller régional Rhône-Alpes
Secrétaire départemental du Front National du Rhône
Ancien conseiller municipal

Une réflexion sur « Christophe Boudot : « Bruno Gollnisch, une chance historique » »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.